- Project Runeberg -  Personhistorisk tidskrift / Sjunde årgången 1905 /
90

(1899-1908)
Table of Contents / Innehåll | << Previous | Next >>
  Project Runeberg | Like | Catalog | Recent Changes | Donate | Comments? |   

Full resolution (TIFF) - On this page / på denna sida - Tessiniana i Kungl. Preussiska husarkivet, af Fritz Arnheim

scanned image

<< prev. page << föreg. sida <<     >> nästa sida >> next page >>


Below is the raw OCR text from the above scanned image. Do you see an error? Proofread the page now!
Här nedan syns maskintolkade texten från faksimilbilden ovan. Ser du något fel? Korrekturläs sidan nu!

This page has been proofread at least once. (diff) (history)
Denna sida har korrekturlästs minst en gång. (skillnad) (historik)

en ordre. À telle fin Nous n’épargnons ni dépenses ni fatigues, soit
à payer, soit à ouïr le rapport des gens à portée à s’informer des
moeurs et des coutumes des personnes le plus singulièrement
renommées.

Ce serait à Nous et à tout le régiment d’un grand secours, si
ceux qui aspirent à la gloire d’y être enrôlés, voulussent se mettre à
courir le monde. Leurs hauts faits et gestes en seraient plus
universellement connus, leur[s] mérite[s] plus généralement applaudi[s] et la
caisse mieux en état de fournir aux extraordinaires qui surviennent
journellement. Mais plus cette attention est rare parmi les aspirants,
plus la Nôtre doit-elle être grande à éterniser la mémoire de ceux et
de celles qui promènent leurs tics et leurs cervelles délicates par les
divers pays du monde de Notre dépendance.

Or, ayant appris que dame Charlotte, baronne de Sparre [1], a non
seulement cet esprit ambulant, mais aussi toutes les autres qualités
indispensablement requises pour orner Notre illustre corps –, en
établissant sa propre fortune, Nous n’avons pas balancé, de 1’avis de
Notre conseil, de récompenser et d’animer, en autant qu’il dépend de
Nous, des talents si peu connus.

À ces causes, ayant mûrement considéré son goût qui va jusqu’ à
un généreux mépris pour les dîners[2] (à moins que ce ne soit chez
quelques milords[3] de ses amis), et Nous ayant fait rapporter sa
profonde science dans l’art de cultiver une terre aussi difficile à
gouverner au gré du possesseur que c’est la tête d’une femme, Nous eussions
désiré, ainsi que Nous le désirerions encore, de l’élever au poste le
plus éminent.

Mais comme malheureusement l’esprit, par une prévention ridicule,
ne saurait ajouter à la taille et que d’ailleurs les usages militaires ne
permettent guère que les nains ou les naines soient admis ou admises
dans le régiment – ainsi Notre embarras a été grand sur les expédients





[1] Friherrinna Charlotta Fredrika Sparre
(1719-95) var nièce till herrskapet Tessin,
till hvilket hon stod i dubbelt
släktskapsförhållande. Hon beledsagade grefven
och hans hustru under deras resor till Paris
och Berlin och väckte på båda ställena genom
sin skönhet och glädtighet allmän beundran.
Vid hofvet i Versailles kallade man henne »den
charmanta rosen». I Berlin åter blef prins August
Wilhelm, Lovisa Ulrikas bror och stamfader
till den i Preussen-Tyskland regerande grenen af
Hohenzollernhuset, dödligt kär i »lilla fröken»
Sparre. 1748 gifte hon sig med kammarherren,
sedermera öfverhofjägmästaren grefve Carl Reinhold
v. Fersen (1716-86) och blef moder till de i Gustaf
III:s tid namnkunniga »gratierna» Ulrika Eleonora
(v. Höpken) och Kristina Augusta (Löwenhielm).
Hon måste ha varit mycket liten till växten.
[2] Mademoiselle Spar[re] préférait quelquefois le sommeil aux dîners et était
la plupart du temps dans sa chambre.
Lov. Ulrikas anm.
[3] Cette aventure qui lui arriva à Berlin, quand on lui fit accroire que milord
Hinfort Vavait prié à dîner.</i> Lov. Ulrikas anm. -- Lord Hyndford var 1744
engelsk envoyé vid preussiska hofvet.

<< prev. page << föreg. sida <<     >> nästa sida >> next page >>


Project Runeberg, Sun Jul 3 22:05:27 2016 (aronsson) (diff) (history) (download) << Previous Next >>
http://runeberg.org/pht/1905/0110.html

Valid HTML 4.0! All our files are DRM-free