- Project Runeberg -  Sverige på kongressen i Wien 1814-1815. Historisk avhandling /
71

(1883) [MARC] Author: Ernst Carlson
Table of Contents / Innehåll | << Previous | Next >>
  Project Runeberg | Catalog | Recent Changes | Donate | Comments? |   

Full resolution (TIFF) - On this page / på denna sida - Bilagor ...

scanned image

<< prev. page << föreg. sida <<     >> nästa sida >> next page >>


Below is the raw OCR text from the above scanned image. Do you see an error? Proofread the page now!
Här nedan syns maskintolkade texten från faksimilbilden ovan. Ser du något fel? Korrekturläs sidan nu!

This page has never been proofread. / Denna sida har aldrig korrekturlästs.

térêts du Roi, mais que ç’est à lui, qui a reçu les instructions nécessaires
avant son départ de Suède, à se régler à cet égard d’après ses propres
lumières.

Le zèle arec lequel M:r Dehn a travaillé à avancer cette négociation,
la justesse de son esprit et l’étenduë de ses lumières, en matière fin
an-cielle surtout, me sont un garant, que la Suède retirera tout le fruit
possible de cette transaction. L’impossibilité où la Prusse se trouve en ce
moment de fournir du numéraire, rend indispensable de lui laisser la
faculté d’effectuer les payemens, en partie au moins, en produits de son sol
et de son industrie, et je crois que cela peut s’allier à tous égards avec
les intérêts de la Suède par l’évaluation des prix y affectés.

Il me reste a présent à entretenir Votre Excellence d’un effort que
j’ai fait pour obtenir un avantage en sus des autres conditions stipulées,
savoir le rétablissement des Postes Suédoises à travers les états Danois
tel qu’il existait avant la dernière guerre.

Le grand nombre de difficultés qu’a opposées le Comte de Bernstorff
à toute espèce de transaction directe avec la Suède, me força de chercher
à obtenir cet avantage par la voie de la Prusse comme Puissance
acquérante et par celle de la Russie comme Puissance médiatrice. Le Prince
de Hardenberg avait en général assuré M:r Dehn dans le cours de la
négociation, que, pourvu que je consentisse aux derniers arrangemens
proposés, les autres conditions exigées par moi ne souffriraient aucune
difficulté. Le Prince de Rasoumoffsky m’avait fait à moi directement la
même promesse. Mais lorsqu’enfin je pressai l’un et l’autre de ces
Ministres d’Etat de remplir leur promesse à l’égard du rétablissement des
Postes Suédoises, le Prince de Hardenberg me fit déclarer par M:r Dehn,
qu’il ne voyait aucun moyen d’y réussir; et le Prince de Rasoumoffsky,
auquel je rappellai que l’Empereur son Maitre m’avait promis de donner
son auguste intervention pour faire réussir cette affaire, ayant employé
tous ses moyens pour décider le Comte de Bernstorff à y consentir,
m’annonça, il y a peu de jours, que le Plénipotentiaire Danois lui avait
déclaré qu’il n’était muni d’aucun pouvoir pour traiter de cet objet ici.

La lettre confidentielle que le Prince de Rasoumoffsky m’a adressée
à ce sujet et que j’ai l’honneur de joindre ici, prouve en attendant, qu’on
est fondé de faire de cette matière l’objet d’une nouvelle négociation à
Stockholm, sous l’intervention de l’Empereur de Russie qui bien
certainement donnera des ordres en conséquence à son Ministre près la Cour de Suède.

Ayant obtenu toutes les conditions essentielles, et ayant réussi, à
travers tous les obstacles qui se sont présentés, à amener la transaction
de la Poméranie à un terme que je crois très satisfaisant pour la Suède,
je n’ai pas crû qu’il fallût exposer de nouveau le sort de cette
négociation pour obtenir un avantage partiel, comme celui du rétablissement des
Postes. Content d’avoir mis cette affaire en état d’être de nouveau
entamée et d’avoir prouvé au Dannemarc, que l’Empereur Alexandre désire
que la Suède soit satisfaite, j’ai laissé tomber cet objet pour le moment.

En tout ce qui concerne la partie financielle de cette négociation,
j’ai suivi les instructions que M:r Dehn m’a déclaré avoir reçues et je l’ai
laissé libre d’en traiter directement avec le Chancelier. Je n’ai fait de
mon côté que soutenir sa marche, par l’appui que l’Empereur Alexandre
a accordé aux intérêts de la Suède en cette occasion. M:r Dehn m’a
communiqué toujours le résultat de toutes ses démarches et je suis
in-timément convaincu, qu’il a été de toute impossibilité de pousser les
avantages de la Suède au delà de ce qui a été obtenu.

La Prusse en satisfaisant et le Dannemarc et la Suède, paye
évidemment la Poméranie au delà de ce que cette Province peut lui rendre en
revenu, et je ne crains pas que la Suède en ait jamais rétiré un bénéfice
équivalent à la rente du Capital qu’EUe reçoit en ce moment et encore
ce Capital est-il devenu une propriété toute Suédoise.

L’article par lequel la Forteresse de Stralsund est cedée, avec 200
pièces de Canon et 6 Chaloupes Canonières pour sa défence maritime, est

<< prev. page << föreg. sida <<     >> nästa sida >> next page >>


Project Runeberg, Mon Oct 10 20:48:20 2022 (aronsson) (download) << Previous Next >>
http://runeberg.org/cewien/0071.html

Valid HTML 4.0! All our files are DRM-free